Hong-Kong, ville immense et étroite, compacte et grandissante

Publié le par Marien

Hong-Kong

Dans le métro en plein milieu des vitres

Qui t’ouvrent sur la vue

Des publicités pour des banques

Sont affichées au niveau de tes yeux

Une école pour apprendre à regarder au-delà

***

Agitation précoce

Regards creux

Que vivre les yeux baissés ?

***

Temple Street, Hong Kong

Folle semble l’énergie que l’homme est capable de déployer pour s’élever en hauteur.

Pour atteindre qui ? Pour atteindre quoi ?

Est-ce que cela peut aussi l’aider à s’élever en profondeur ?

premières vues en arrivant de l'aéroport par le métro...
premières vues en arrivant de l'aéroport par le métro...
premières vues en arrivant de l'aéroport par le métro...
premières vues en arrivant de l'aéroport par le métro...
premières vues en arrivant de l'aéroport par le métro...
premières vues en arrivant de l'aéroport par le métro...
premières vues en arrivant de l'aéroport par le métro...
premières vues en arrivant de l'aéroport par le métro...
premières vues en arrivant de l'aéroport par le métro...
premières vues en arrivant de l'aéroport par le métro...
premières vues en arrivant de l'aéroport par le métro...
premières vues en arrivant de l'aéroport par le métro...
premières vues en arrivant de l'aéroport par le métro...
premières vues en arrivant de l'aéroport par le métro...

premières vues en arrivant de l'aéroport par le métro...

Ici, tout est entassé

A la verticale à perte de vue

Tout s’imbrique, tout est compacte

Dans d’immenses tours de béton

L’échoppe du coiffeur, l’hôtel à prix aussi réduits que la superficie des chambres, six restaurants rapides, une boutique d’antiquité, un salon de massage, un garage au rez-de-chaussée, le réparateur de téléphones, le vendeur de valise, le dealer, sans oublier la banque et son guichet automatique,

Tout est à la même adresse, dans le même bâtiment

Tout est fait pour que l’homme n’ait plus rien à faire

Tout est fait pour qu’il n’ait plus besoin de bouger, de se déplacer, de penser, de décider, d’inventer, de choisir, de changer

Et lorsqu’un individu essaie de faire quelque chose

On lui rappelle les interdits qui fleurissent

Comme des coquelicots

Interdiction de s’asseoir sur le rebord

Interdiction de marcher le long de la route

Interdiction de regarder la vue

Interdiction de traverser la rue

Les escaliers ne sont plus faits pour grimper

Les restaurants ne sont plus faits pour apprécier déguster

L’hiver n’est plus fait pour se les gêler, l’été n’est plus fait pour transpirer

Les rebords ne sont plus faits pour s’y accourder

Les rues ne sont plus faites pour marcher

L’eau n’est plus faite pour être bue

Les bâtiments ne sont plus faits pour être photographiés

La bouche n’est plus faite pour discuter pour sourire

Les yeux ne sont plus faits pour contempler

Les pieds ne sont plus faits pour avancer

La tête n’est plus faite pour penser

Le corps n’est plus fait pour exister

La vie n’est plus faite pour profiter

« ne respirez plus, on s’occupe de tout ! »

Tout est remplacé par des escalators, des écrans, des magasins, des services automatisés, des applications, des barrières de sécurité, des ascenseurs ultra-rapides,

Plus besoin de vivre, l’homme peut attendre sereinement sa mort sans se soucier du lendemain

la baie de HK...la baie de HK...
la baie de HK...la baie de HK...la baie de HK...
la baie de HK...la baie de HK...la baie de HK...

la baie de HK...

***

Portland Street

4 femmes ramassent en riant

Et en parlant à tue-tête

Les ordures de la rue

Qu’elles entassent dans de gros sacs noirs

Qu’elles trainent par terre

Lorsqu’elles les déposent au camion

Un homme leur tend à chacune

Deux billets bleus de 20 dollars

Qu’elles plient minutieusement

Avec les mêmes gants

Qu’elles ont utilisées pour faire

Leur travail

***

Dans la même rue, une femme chauffeur de taxi

Soulève dans son coffre

Avec ses seules mains

Une valise énorme

Le client médusé ne pèse pas moins lourd

Que sa valise

Derrière eux, deux hommes fumant au volant

D’un camion réfrigéré,

S’amusent de la scène.

***

Hong-Kong

Un pays aux tours si hautes

Qu’il ne voit jamais le ciel

Le vol d’un oiseau est inconnu

Au regard de l’enfant qui grandit

Ici

Etroits sont les murs

Etroites les rues entre les murs

Etroites les idées dans la tête

Qui ne voyage pas

Etroits les espaces

Pour respirer

La hauteur emprisonne

Enferme

Les esprits n’ont pas l’horizon

Pour s’évader

Mais ils ont seulement

L’impression

Que le monde est petit

vue depuis Victoria Peakvue depuis Victoria Peak
vue depuis Victoria Peakvue depuis Victoria Peakvue depuis Victoria Peak
vue depuis Victoria Peakvue depuis Victoria Peak
vue depuis Victoria Peakvue depuis Victoria Peak

vue depuis Victoria Peak

Publié dans Voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Louisette 22/07/2014 13:24

Superbes photos, c'est impressionnant l'entrée à HK, je suis arrivée là via un train ultra rapide, impressionnant contraste avec Saigon, l'est de la Chine.....
http://retriever-louisettesblogs.blogspot.com
http://louisette.eklablog.com