Sensations imaginaires…

Publié le par Marien

Quand je pense Singapour,

Des milliers de livres s’ouvrent dans ma tête

Des cartes du monde se déplient

Et des oiseaux traversent les mers

Pour donner de l’air à mes pensées

Quand je dis Singapour, j’entends

Chante un pauvre

Et me demande, dans un pays si riche,

Comment sa voix peut-elle résonner ?

Quand je lis Singapour, je vois

Des lettres qui s’animent, dansent et brillent,

Des couleurs d’écureuils et d’orchidées,

Qui traversent ma tête et parfument mon esprit

Quand je vois Singapour, je ferme

Les yeux pour imaginer

L’odeur des plats épicés

La chaleur du jour

L’épaisseur de la nuit

Quand je lis Singapour, je devine

Ton visage rond comme la forme des lettres

Toi que je rejoins là-bas

Donne un sourire à mon voyage

Quand je lis Singapour, je sais

Une île lointaine

Mais qui, par une seule personne,

Occupe mes pensées

Et devient soudain

Proche de mon pays

Sensations imaginaires…
Sensations imaginaires…
Sensations imaginaires…
Sensations imaginaires…
Sensations imaginaires…

Publié dans Poésies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article